• Votre email

Vision

Accueil

Les charges du Recteur de l’UCAD sont importantes et complexes. Naturellement, je ne ménagerai aucun effort pour qu’avec tous les acteurs, qu’avec tous les partenaires, nationaux et étrangers, nous puissions engager les réformes nécessaires, pour mettre l’UCAD au diapason des structures d’enseignement supérieur modernes.
Nous allons travailler dans la collégialité, la transparence et l’équité. Depuis ma nomination, j’ai fait le tour de l’institution, des Facultés aux structures sociales en passant par les écoles, instituts, directions et services.
Cette phase a débouché sur l’Assemblée de l’Université qui a validé les orientations que je souhaite partager avec vous.
Cette démarche de dialogue, de concertation sera le credo de notre mandat. Car, c’est mon intime conviction, rien de grandiose ne pourra se faire à l’UCAD sans la participation active, dans tous les grands processus de réflexion et d’action, des universitaires ; et d’ailleurs pas seulement des universitaires car nous savons que l’UCAD, que nous avons l’honneur de diriger, ne l’oublions jamais, appartient bien à sa société.
Je reviendrai plus amplement sur la question de la gestion concertée, fondement de la transparence et vecteur incontournable de nos capacités d’anticipation et de réaction.
Je souhaite, dans ce texte, présenter notre vision à partir de six paramètres dont les cartographies des causes, des contenus et des incidences recèlent plusieurs intersections. Il s’agit :

- I. de la qualité ;
- II. de la pertinence ;
- III. de la coopération ;
- IV. du financement et de la gestion des finances ;
V. de l’informatique, de l’Internet et de la communication ;
- VI. des étudiants.
In fine, je décrirai les grands chantiers de l’UCAD dont la liste est annexée à ce présent texte.

LA QUALITE

1. LES CURRICULA DE L’UCAD

Comme tout établissement d’enseignement supérieur qui se respecte, nous allons mettre nos curricula sur le site web de l’UCAD. Dès à présent et en partenariat avec la presse, nous vulgariserons les différentes filières de formation qu’offre notre Université.

2. LES PROGRAMMES

En concertation avec les différents chefs d’établissement et dès le début de l’année universitaire 2003/2004, tous les programmes (Facultés, Départements, années d’études, disciplines, volumes horaires, responsables pédagogiques) actuellement enseignés à l’UCAD seront intégralement consignés dans un document et versés dans notre site WEB. Ce référentiel classique de base, ajustable selon les besoins et conformément aux lois et règlements en vigueur, sera complété par l’organisation, sous forme de séminaires et de conférences, de programmes spéciaux ciblant aussi l’espace supranational et destinés à développer les cultures de la paix, de la tolérance, de la bonne gouvernance, de la démocratie pour que l’UCAD puisse participer de façon significative à la formation citoyenne de cadres supérieurs. La formation ne doit plus être limitée à l’acquisition du savoir et du savoir-faire. Elle doit intégrer fortement le savoir-être et le savoir-devenir.

Haut de page  

3. LA PEDAGOGIE UNIVERSITAIRE

Conformément aux recommandations de la Conférence mondiale de l’UNESCO sur l’Enseignement Supérieur au 21ème siècle, la formation pédagogique doit être systématisée. Dans ce cadre, les expériences acquises avec la Chaire UNESCO en Sciences de l’Education de l’Ecole Normale Supérieure et à la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie seront consolidées, développées et généralisées en tenant compte des besoins et spécificités des différents établissements de notre Université.
Nous allons, par le biais d’un séminaire, examiner et valider un curriculum destiné aux étudiants en formations doctorales. Aucun étudiant ne devrait soutenir son mémoire de DEA sans avoir suivi des enseignements sur la pédagogie et la recherche documentaire. Les enseignants déjà en place bénéficieront aussi de ce curriculum indispensable à la bonne conduite des stratégies d’évaluation aussi bien des étudiants que des enseignements.
Dans ce même ordre d’idées, des réflexions seront menées et des mécanismes mis en œuvre pour contrôler, dans le respect de la dignité et de la liberté du Corps enseignant, l’effectivité des enseignements. La pédagogie nous permettra de mettre en place une stratégie de succès.

4. DIVERSIFICATION DE L’OFFRE D’ENSEIGNEMENT

Il a été créé à la Faculté des Sciences et Techniques une licence informatique professionnelle, un DESS en biotechnologie, un DEA en chimie moléculaire. Les processus de mise en place de filières en biologie cellulaire et moléculaire, en électronique, en cryptographie, et d’un DESS environnement sont très avancés. Un Institut de pêche vient d’être créé par la dernière Assemblée de l’Université. La Faculté des Sciences Juridiques et Politiques a de nouveaux projets de DESS et de formations courtes. À l’Ecole Supérieure Polytechnique, d’importantes filières ont été installées. De même qu’à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion avec l’IFACE et l’Institut Supérieur de Gestion. Des initiatives sont en cours à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines. Cette dynamique de diversifi-cation de l’offre de formation professionnalisante sera poursuivie et vivement encouragée. C’est là un des éléments importants de la construction de la pertinence de l’UCAD répondant à la fois aux équations de renfor-cement des capacités d’accueil de notre Université et d’accroissement des chances d’insertion de nos diplômés dans le tissu économico-social.

Haut de page  

5. REFORME DES CURSUS 3-5-8

Nous inviterons très prochainement les différentes institutions compé-tentes en la matière (autorités consultatives et de décision) à se pencher sur les questions (principe et modalités pratiques éventuellement) de l’intro-duction du 3-5-8 ou L-M-D dans notre système d’enseignement. Ceci est d’autant plus important que même la France au sein de l’Europe, dans un contexte de mondialisation tous azimuts, est en train de s’aligner sur le modèle anglo-saxon à savoir : Bachelor, Master, Ph-D. Notre pari est de préparer la réforme en une année et de la mettre en œuvre dès 2004/2005.

6. LA FORMATION CONTINUE

Un paradigme important dans le système de l’enseignement supérieur est la formation tout au long de la vie. C’est sous cet angle qu’il faut comprendre la formation continue. Cette formation qui concerne particuliè-rement les travailleurs est payante. Elle permettra une qualification ou requalification des travailleurs et leur ouvrira d’autres portes de promotion sociale. Un texte sur les fonctions de service avec des clés précises de répartition sera soumis aux différents acteurs en vue d’être examiné à la première session de l’Assemblée de l’Université de l’année 2003/2004.
Les règles éthiques doivent être respectées. Les filières de la forma-tion continue seront accessibles à terme dans le cadre de la formation
initiale.
Les recettes devront servir, entre autres, à la maintenance, à l’achat d’ouvrages pour la Bibliothèque, au renforcement du parc informatique et à faire face à certaines charges sociales de l’UCAD.

7. LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES PATS

L’Université moderne a besoin de PATS bien formés, capables d’ap-porter encore plus efficacement leurs concours dans les laboratoires, la ges-tion administrative et financière courante, la maintenance, l’environnement et la sécurité.
À ce propos, il est inadmissible qu’il y ait à l’UCAD, plus haut lieu de production et de diffusion du savoir au Sénégal, des agents qui y entrent avec un niveau donné et partent à la retraite sans aucun bonus en formation.

8. CADRE DE TRAVAIL

Pour l’amélioration des conditions de travail des enseignants, étudiants et PATS, des mesures idoines, en rapport avec les services techniques compétents, l’Etat, les industries, les structures décentralisées et les partenaires sociaux, seront arrêtées en ce qui concerne :

• les infrastructures et leur maintenance (amphi, salles de TD, labora-toires, toilettes, bibliothèques, systèmes d’éclairage et de canali-sation, bâtiments à usage domestique de la DGDU, la réfection des routes) ;
• la gestion des espaces verts ;
• les disponibilités permanentes de matériel et fournitures de bureaux ;
• la quantité et la qualité des bureaux ;
• la disponibilité des services de risographie dans les différents établissements ;
• la sécurité et le respect, par tous les acteurs, des franchises uni-versitaires.

Haut de page  

LA PERTINENCE

9. LA RECHERCHE

Elle doit être efficace et de qualité pour remplir pleinement ses fonctions qui sont entres autres :

• l’acquisition, la construction et la validation des savoirs scienti-fiques ;
• la construction d’avantages comparatifs puisqu’elle est au cœur de l’innovation scientifique et technologique ;
• la diffusion de la culture scientifique, de la culture générale et de l’éthique professionnelle ;
• la valorisation de notre patrimoine culturel.

En un mot, cette recherche vise non seulement la promotion indivi-duelle des enseignants, l’amélioration du contenu des enseignements, le rayonnement de l’UCAD par le volume et la qualité de sa plus-value scientifique mais aussi la maximisation de sa fonction d’utilité sociale. Il apparaît aussi clairement que dans l’exercice de nos missions de recherche, nous souhaitons apporter une contribution de taille à l’identification et à la résolution des questions sociétales. Pour ce faire, la transdisciplinarité est un formidable outil à notre disposition. Ceci justifie et explique, entre autres, la création d’écoles doctorales qui regrouperont 100 à 150 enseignants-chercheurs exerçant dans différents champs disciplinaires mais se penchant sur une même problématique. Cet exercice est loin d’être aisé. Dans tous les cas, nous devons partir de notre potentiel réel de recherche, des besoins de notre pays et de l’Afrique pour concevoir les thématiques des écoles doctorales.

Haut de page  

Il s’agit, dans ces domaines scientifiques, de construire notre rayonnement international. Alors, nul ne pourra aborder ces thématiques au niveau mondial sans faire appel à nous. Nous ne pourrons être des leaders dans tous les domaines. Sans brider les libertés sur la recherche (chacun aura la liberté de mener la recherche qu’il souhaite), l’UCAD essayera d’apporter sa contribution sur, au maximum, cinq questions.

10. VENTE D’EXPERTISE

Conformément à l’accord entre les syndicats et le gouvernement, nous allons soumettre, dans les meilleurs délais, à l’Assemblée de l’Université un texte codifiant la vente d’expertise des enseignants et chercheurs de l’UCAD. Les pourcentages revenant à l’université y seront clairement indiqués.

11. SERVICES A LA SOCIETE

Pour renforcer la pertinence de l’UCAD, nous allons, en rapport avec les différents acteurs de la vie économique et sociale du pays, recenser les services que l’UCAD est susceptible, en plus de ses missions classiques d’enseignement et de recherche, de rendre à la société ; services qui seront effectués de façon visible et lisible afin d’assurer des va et vient permanents entre notre Université et les autres segments du pays : Etat, OIG, collec-tivités locales, ONG, organisations professionnelles, entreprises, personnes physiques etc.

III. LA COOPERATION

12. COOPERATION BILATERALE ET MULTILATERALE

Un accent particulier sera mis sur la coopération Sud-Sud. Toutes les opportunités qu’offre la coopération, tant bilatérale que multilatérale entre le Nord et nous, seront explorées et exploitées (bien sûr, nous ne nous contenterons pas seulement de recevoir). L’offensive d’élargissement des horizons de coopération sera menée. Parallèlement, nous devons pallier le déficit d’exploitation des accords déjà existants. En effet, peu d’accords sont effectivement mis en œuvre.
Ainsi, nous alimenterons notre site WEB de tous les accords avec des indications claires sur les opportunités et les procédures. Avec chacun de nos partenaires au développement, notamment les bailleurs, nous élabo-rerons des tableaux de bord précis (actions, acteurs, mécanismes, agendas et moyens) pour optimiser les avantages mutuels que génère la coopération.

IV. LE FINANCEMENT ET LA GESTION DES FINANCES

Nous partirons ici d’une idée maîtresse de la Conférence Mondiale sur l’Enseignement Supérieur au 21ème siècle ; conférence d’ailleurs à laquelle nous avions pleinement participé. Selon cette dernière, «la société tout entière doit appuyer l’éducation à tous les niveaux y compris l’enseignement supérieur étant donné le rôle qu’il joue dans la promotion d’un dévelop-pement économique, social et culturel durable.
La mobilisation à cette fin dépend de la sensibilisation et de la participation du public, des secteurs public et privé de l’économie, des parlements, des médiats, des organisations gouvernementales et non gouvernementales et des étudiants ainsi que des établissements, des fa-milles et de tous les acteurs sociaux impliqués dans l’enseignement supérieur».
Ceci dit, les ressources doivent provenir de partout donc recherchées partout. Tous les segments de la société doivent participer au financement de l’Université.

13. SUBVENTIONS DE L’ETAT

D’importantes sommes sont mises annuellement à notre disposition par la puissance publique. Mais une part essentielle est absorbée par la rémunération des salariés. C’est dire que peu de ressources sont desti-
nées à honorer nos missions fondamentales que sont la recherche et l’enseignement.
Ces tendances sont à modifier substantiellement. Toutefois, après avoir revu l’allocation des ressources mises à notre disposition par l’Etat, nous demanderons le réexamen de son niveau.

14. LES RECETTES NON ETATIQUES

Dans le financement de l’UCAD, nous devons renforcer de façon significative l’apport du privé et des opérations lucratives. À ce propos, toutes les sources doivent être identifiées et exploitées au maximum possible : la rentabilisation des infrastructures de l’UCAD (patrimoine immobilier et installations techniques), les contributions des collectivités locales (mairie, conseil régional), les entreprises, les diplômés de notre Université, la vente d’expertise (formations, contrats de recherche et expertise individuelle), la réalisation des grands chantiers, la coopération internationale, la création d’une fondation UCAD, les droits d’inscription des étudiants, etc.

Haut de page  

15. LES DEPENSES ET LEUR STRUCTURE

Les conférences budgétaires, la mutualisation des achats en vue de réaliser des économies d’échelle et les appels d’offres doivent être sys-tématisés.
Les chefs d’établissement vont recouvrer leur autorité d’ordonnateur.
Ces mesures, entre autres, visent à rationaliser les dépenses et à inverser les tendances actuelles en accroissant la proportion budgétaire destinée à l’enseignement et à la recherche.

16. LE CONTROLE FINANCIER

Le contrôle financier, tant interne qu’externe, sera régulièrement effectué. J’y veillerai personnellement.
L’Etat comme les autres donateurs ont besoin de savoir par où passent les importantes sommes qu’ils mettent à notre disposition. Nous devons aussi savoir, dans tous nos actes de dépenses, que nous serons effectivement contrôlés et que cela peut se passer à tout moment.
Globalement, d’importantes réflexions sur le régime financier de l’UCAD seront menées au début de l’année universitaire 2003/2004.

Haut de page  

V. INFORMATIQUE, INTERNET ET SYSTEME DE COMMUNI-CATION

Pendant mon mandat, des actions hardies seront menées dans le champ des Nouvelles Techniques de l’Information et des Télécommunications à la dimension de leurs rôle et place dans le monde actuel.

17. ENSEIGNEMENT DE L’INFORMATIQUE

Nos objectifs consistent à généraliser l’enseignement de l’informa-tique dans tous les seconds cycles des Facultés et à multiplier les sessions de formation destinées aux enseignants et aux PATS. Ceci nécessite une bonne organisation. Dans cette perspective, les missions du Centre de Calcul seront redéfinies. L’expérience de salle informatique de la Faculté des Sciences et Techniques avec accès à Internet et gérée par et pour les étudiants sera généralisée avec l’accord des Chefs d’établissement.

18. INTERNET

Nous avons le plaisir d’annoncer la disponibilité du signal Internet en tout point du campus. En tant que Doyen de la Faculté des Sciences et Techniques, en rapport avec l’ancien directeur de l’informatique de l’Université et en partenariat avec des bailleurs, nous avions mis en place les dispositifs techniques ad-hoc. Nous pouvons dès à présent déclarer l’UCAD ZONE FRANCHE Internet.
Le site WEB de l’UCAD sera autrement administré. Au besoin, nous porterons la Liaison Spécialisée à plus de 2 megat bits. Toutes les informations et les manifestations de notre Institution seront hébergées dans le site qui sera mis à jour en permanence. Le site fonctionnera aussi comme un moyen de communication interne. Des versions anglaise et arabe de nos données seront élaborées.

19. LE VIRTUEL A L’UCAD

Des établissements explorent avec succès cette nouvelle opportunité. Il s’agit de l’EBAD et de l’ENS. Nous allons rapidement mettre ensemble les compétences et définir l’utilisation du virtuel dans notre stratégie de formation. Signalons que nous avons travaillé étape après étape et le moment est venu de passer ce cap. L’UVA sera aussi un atout de plus.

Haut de page  

20. SYSTEME DE COMMUNICATION

Avec le centre audiovisuel et l’Internet, nous allons bâtir un système de communication que nous souhaitons performant. La communication tant interne qu’externe sera prise en charge pour améliorer l’image de l’Université dans la cité. Il s’agit de faire en sorte que la communauté soit au fait des dynamiques à l’UCAD. En rapport avec le CESTI, nous allons mettre en place notre propre radio et si nous avons l’autorisation, notre propre télévision. L’élaboration d’un CD et la mise en place d’une boutique contribueront à rendre l’UCAD plus visible.

Haut de page  

VI. LES ETUDIANTS

21. LES SERVICES DES ETUDIANTS A LA COMMUNAUTE

Nous avons quelque peu maîtrisé la vulgarisation du savoir, nous agissons de plus en plus sur le savoir-faire, il reste à mettre l’accent sur le savoir-être. Il s’avère que l’association des étudiants aux services de la communauté universitaire y participe grandement. Nous allons chercher toutes les niches d’emplois pour eux. En fonction des ressources, le tutorat sera progressivement mis en place.

22. ACCUEIL DES ETUDIANTS

Après l’émission à la télévision sur les curricula à l’UCAD, nous allons demander aux établissements d’organiser des amphis de rentrée afin de mieux vulgariser les paradigmes de l’enseignement supérieur.
Je ne saurais terminer sans ajouter quelques mots sur les Franchises Universitaires. Nous allons les vulgariser mais aussi les défendre. Afin, entre autres, d’anticiper les demandes des différentes composantes de l’UCAD, nous allons créer un poste d’ombudsman.
Pour soutenir tout cela, nous avons élaboré les projets suivants pour l’UCAD :

• Centre de Mesure ;
• Centre Multiculturel ;
• Centre de Diagnostic et Polyclinique internationale ;
• Bâtiment de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion ;
• Centre Sportif pour l’INSEPS ;
• Fondation UCAD ;
• Boutique de l’UCAD ;
• Parc Technologique de l’UCAD ;
• Centre Audiovisuel de l’UCAD.

Haut de page  



2007 Université Cheikh Anta Diop
B.P 5005 - Dakar-Fann - Sénégal - Tél:+221 869.27.66 - Fax:+221 825.28.83
rectorat@ucad.sn